010 Le « cœur », centre de la personne

Angelus, Dimanche 5 juin 2005 (Place Saint-Pierre)

Vendredi dernier, nous avons célébré la solennité du Très Saint Cœur de Jésus, une dévotion profondément enracinée dans le peuple chrétien. Dans le langage biblique, le « cœur » indique le centre de la personne, le siège de ses sentiments et de ses intentions. Dans le cœur du Rédempteur, nous adorons l’amour de Dieu pour l’humanité, sa volonté de salut universel, son infinie miséricorde. Rendre un culte au Sacré-Cœur du Christ signifie donc adorer ce Cœur qui, après nous avoir aimés jusqu’au bout, fut transpercé par une lance et duquel jaillirent, du haut de la Croix, sang et eau, source intarissable de vie nouvelle.

Commentaires

009 Action de grâce

Angelus, Dimanche 29 mai 2005
(Visite pastorale à Bari pour la clôture du XXIV Congrès
Eucharistique italien. Esplanade de Marisabella)

Avant la Bénédiction finale, récitons à présent l’Angelus Domini, en contemplant le mystère de l’Incarnation, auquel le mystère de l’Eucharistie est intimement lié. A l’école de Marie, « femme eucharistique », comme aimait l’invoquer le regretté pape Jean-Paul II, accueillons en nous-mêmes la présence vivante de Jésus, pour l’apporter à tous dans l’amour généreux. Apprenons à vivre toujours en communion avec le Christ crucifié et ressuscité, en nous faisant conduire pour cela par sa Mère qui est aussi notre Mère céleste. Ainsi, nourrie par la Parole et par le Pain de vie, notre existence deviendra entièrement eucharistique, et se fera action de grâce au Père par le Christ dans l’Esprit Saint.

Commentaires

008 La beauté du Dimanche

Angelus, 22 mai 2005 (Solennité de la Très Sainte Trinité)

(…) Au cœur de cette année consacrée à l’Eucharistie, le peuple chrétien converge autour du Christ présent dans le Très Saint Sacrement, source et sommet de sa vie et de sa mission. En particulier, chaque paroisse est appelée à redécouvrir la beauté du Dimanche, Jour du Seigneur, au cours duquel les disciples du Christ renouvellent dans l’Eucharistie la communion avec Celui qui donne un sens aux joies et aux difficultés de chaque jour.  » Sans le Dimanche, nous ne pouvons pas vivre  » : ainsi professaient les premiers chrétiens, même au prix de leur vie, et c’est ce que nous sommes appelés à répéter nous aussi aujourd’hui.

Commentaires

007 L’amour est toujours un mystère

Angelus, 22 mai 2005 (Solennité de la Très Sainte Trinité)

Aujourd’hui, la liturgie célèbre la solennité de la Très Sainte Trinité, comme pour souligner que dans la lumière du mystère pascal, se révèle pleinement le centre du cosmos et de l’histoire : Dieu lui-même, Amour éternel et infini. La parole qui résume toute la Révélation est celle-ci : « Dieu est amour » (1 Jn 4, 8.16) ; et l’amour est toujours un mystère, une réalité qui dépasse la raison sans la contredire, et plus encore, en exaltant même sa potentialité. Jésus nous a révélé le mystère de Dieu : Lui, le Fils, nous a fait connaître le Père qui est aux Cieux, et nous a donné l’Esprit Saint, l’Amour du Père et du Fils. La théologie chrétienne résume la vérité sur Dieu à travers cette expression : une unique substance en trois personnes. Dieu n’est pas solitude, mais communion parfaite. C’est pourquoi la personne humaine, image de Dieu, se réalise dans l’amour, qui est le don sincère de soi.

Commentaires

006 Eglise, Esprit et institution

Regina Cæli, 15 mai 2005 (Dimanche de Pentecôte)

L’heureuse coïncidence entre la Pentecôte et les ordinations sacerdotales m’invite à souligner le lien indissoluble qui existe, dans l’Eglise, entre l’Esprit et l’institution. J’y faisais déjà allusion samedi dernier, en prenant possession de la Chaire d’Evêque de Rome, à Saint-Jean-de-Latran. La Chaire et l’Esprit sont des réalités intimement liées, tout comme le sont le charisme et le ministère ordonné. Sans l’Esprit Saint, l’Eglise se réduirait à une organisation uniquement humaine, alourdie par ses propres structures. Mais de la même façon, dans les desseins de Dieu, l’Esprit se sert habituellement d’intermédiaires humains pour agir dans l’histoire. C’est précisément pour cela que le Christ, qui a constitué son Eglise sur le fondement des Apôtres réunis autour de Pierre, l’a également enrichie du don de son Esprit, afin qu’au cours des siècles, il la réconforte (cf. Jn 14, 16) et la guide à la vérité tout entière (cf. Jn 16, 13). Puisse la communauté ecclésiale rester toujours ouverte et docile à l’action de l’Esprit Saint pour être parmi les hommes un signe crédible et un instrument efficace de l’action de Dieu !

Commentaires

005 Médias et responsabilité

Regina Cæli, 8 mai 2005 (VII Dimanche de Pâques)
(Journée mondiale des Communications sociales)

En ce dimanche a lieu la Journée mondiale des Communications sociales, sur le thème: « Les moyens de communication au service de la compréhension entre les peuples ». En l’époque actuelle de l’image, les mass media constituent effectivement une ressource extraordinaire en vue de promouvoir la solidarité et l’entente de la famille humaine. Nous en avons eu récemment une preuve extraordinaire à l’occasion de la mort et des funérailles solennelles de mon bien-aimé Prédécesseur Jean-Paul II. Tout dépend toutefois de la façon dont ils sont utilisés. Ces instruments importants de la communication peuvent favoriser la connaissance réciproque et le dialogue, ou bien, au contraire, alimenter les préjugés et le mépris entre les individus et les peuples ; ils peuvent contribuer à diffuser la paix ou à fomenter la violence. Voilà pourquoi il faut toujours faire appel à la responsabilité personnelle ; il est nécessaire que chacun joue son rôle pour assurer, dans toute forme de communication, l’objectivité, le respect de la dignité humaine et l’attention au bien commun. De cette manière, l’on contribue à abattre les murs d’hostilité qui divisent encore l’humanité, et l’on peut consolider ces liens d’amitié et d’amour qui sont le signe du Royaume de Dieu dans l’histoire.

Commentaires

004 Carême et miséricorde

Message pour le Carême 2006 (29 septembre 2005), §1

Le Carême est le temps privilégié du pèlerinage intérieur vers Celui qui est la source de la miséricorde. C’est un pèlerinage au cours duquel Lui-même nous accompagne à travers le désert de notre pauvreté, nous soutenant sur le chemin vers la joie profonde de Pâques. Même dans les «ravins de la mort» dont parle le Psalmiste (Ps 22 [23], 4), tandis que le tentateur nous pousse à désespérer ou à mettre une espérance illusoire dans l’œuvre de nos mains, Dieu nous garde et nous soutient. Oui, aujourd’hui encore le Seigneur écoute le cri des multitudes affamées de joie, de paix, d’amour. Comme à chaque époque, elles se sentent abandonnées. Cependant, même dans la désolation de la misère, de la solitude, de la violence et de la faim, qui frappent sans distinction personnes âgées, adultes et enfants, Dieu ne permet pas que l’obscurité de l’horreur l’emporte. Comme l’a en effet écrit mon bien-aimé Prédécesseur Jean-Paul II, il y a une «limite divine imposée au mal», c’est la miséricorde (Mémoire et identité, 4, Paris, 2005, pp. 35 ss.). C’est dans cette perspective que j’ai voulu placer au début de ce Message l’annotation évangélique selon laquelle, «voyant les foules, Jésus eut pitié d’elles» (Mt 9, 36).

Commentaires

003 Ascension du Seigneur

Regina Cæli, 8 mai 2005 (VII Dimanche de Pâques)

Aujourd’hui dans de nombreux pays, dont l’Italie, est célébrée la solennité de l’Ascension du Seigneur au Ciel. Lors de cette fête, la Communauté chrétienne est invitée à tourner son regard vers Celui qui, quarante jours après sa résurrection, à l’émerveillement des Apôtres « sous leurs regards, [...] s’éleva, et une nuée le déroba à leurs yeux » (Ac 1, 9). Nous sommes donc appelés à renouveler notre foi en Jésus, l’unique véritable ancre de salut pour tous les hommes. En montant au Ciel, il a rouvert la voie vers notre patrie définitive, qu’est le paradis. A présent, par la puissance de son Esprit, il nous soutient dans notre pèlerinage quotidien sur la terre.

Commentaires

002 St Joseph travailleur

Regina Cæli, 1er mai 2005 (VI Dimanche de Pâques)

Aujourd’hui, nous commençons le mois de mai par une fête liturgique très chère au peuple chrétien, celle de saint Joseph travailleur. Et vous savez que je m’appelle Joseph. Elle fut instituée par le Pape Pie XII de vénérée mémoire il y a maintenant 50 ans, pour souligner l’importance du travail et de la présence du Christ et de l’Eglise dans le monde ouvrier. Il est nécessaire de témoigner également dans la société d’aujourd’hui de l’ »Evangile du travail », dont parlait Jean-Paul II dans son Encyclique Laborem exercens. Je souhaite que ne manque pas le travail notamment pour les jeunes, et qu’il s’exerce dans des conditions qui respectent toujours plus la dignité de la personne humaine.

Commentaires

001 Sentiment de gratitude

Regina Cæli, 1er mai 2005 (VI Dimanche de Pâques)

Je m’adresse à vous pour la première fois de cette fenêtre, que la bien-aimée figure de mon vénéré prédécesseur a rendue familière à d’innombrables personnes dans le monde entier. Et pensons également à l’autre Fenêtre. De dimanche en dimanche, Jean-Paul II, fidèle à un rendez-vous devenu une agréable tradition, a accompagné pendant plus d’un quart de siècle l’histoire de l’Eglise et du monde, et nous continuons à le sentir plus proche que jamais. Mon premier sentiment est encore de gratitude à l’égard de tous ceux qui m’ont soutenu en ces jours par la prière, et de ceux qui, partout dans le monde, m’ont envoyé des messages et des vœux.

Commentaires

1...1314151617

Eazy Islam |
Josue |
Passion Templiers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS