Archive pour sacerdoce

138 Cherchez les occasions de faire le bien !

Entretien télévisé, 5 août 2006
en préparation au voyage apostolique a Munich, Altötting et Ratisbonne (9-14 sept 2006)

Je dirais avant tout que je suis très heureux qu’il y ait des jeunes qui désirent être ensemble, être ensemble dans la foi, et faire quelque chose de bon. La disponibilité au bien est très forte chez les jeunes, il suffit de penser aux nombreuses formes de volontariat. L’engagement à offrir sa propre contribution aux besoins de ce monde est quelque chose de grand. La première impulsion peut donc être de les encourager : Allez de l’avant ! Cherchez les occasions de faire le bien ! Le monde a besoin de cette volonté, il a besoin de cet engagement ! Et puis peut-être faudrait-il ajouter : ayez le courage des décisions définitives ! Chez les jeunes, il y a beaucoup de générosité, mais face au risque de s’engager pour la vie entière, aussi bien dans le mariage que dans le sacerdoce, ils ont peur. Le monde est en mouvement de façon dramatique. En permanence. Puis-je dès à présent disposer de ma vie entière avec tous ses événements imprévisibles à venir ? Si je prends une décision définitive, est-ce que je ne vais pas enchaîner ma propre liberté, est-ce que je ne vais pas me priver de ma liberté de mouvement ? Réveiller le courage d’oser des décisions définitives, les seules en réalité qui permettent de grandir, d’aller de l’avant et de parvenir à quelque chose de grand dans la vie, les seules qui ne détruisent pas la liberté, mais qui lui offrent la juste direction dans l’espace. Prendre ce risque, effectuer ce saut – pour ainsi dire – dans le définitif, et accueillir ainsi pleinement la vie, voilà ce que je serais heureux de pouvoir communiquer.

Comments (1)

123 La maturité affective

Discours, 25 mai 2006, §5
Rencontre avec le clergé (Cathédrale Saint-Jean à Varsovie)

Les fidèles n’attendent qu’une chose des prêtres : qu’ils soient des spécialistes de la promotion de la rencontre de l’homme avec Dieu. On ne demande pas au prêtre d’être expert en économie, en construction ou en politique. On attend de lui qu’il soit expert dans la vie spirituelle. Dans ce but, lorsqu’un jeune prêtre accomplit ses premiers pas, il faut qu’il puisse faire référence à un maître expérimenté, qui l’aide à ne pas s’égarer face aux nombreuses propositions de la culture du moment. Face aux tentations du relativisme ou du permissivisme, il n’est pas du tout nécessaire que le prêtre connaisse tous les courants de pensée actuels et changeants; ce que les fidèles attendent de lui est qu’il soit le témoin de la sagesse éternelle, contenue dans la parole révélée. L’attention à la qualité de la prière personnelle et à une bonne formation théologique porte des fruits dans la vie. Vivre sous l’influence du totalitarisme peut avoir engendré une tendance inconsciente à se cacher sous un masque extérieur, ayant pour conséquence de céder à une certaine forme d’hypocrisie. Il est clair que cela n’est pas bénéfique à l’authenticité des relations fraternelles et peut conduire à une concentration exagérée sur soi-même. En réalité, on ne grandit dans la maturité affective que lorsque le cœur adhère à Dieu. Le Christ a besoin de prêtres qui soient mûrs, virils, capables de cultiver une authentique paternité spirituelle. Pour que cela se produise, il y a besoin d’honnêteté avec soi-même, d’ouverture envers le directeur spirituel et de confiance dans la miséricorde divine.

Commentaires

069 Prier pour les vocations

Regina Cæli, 7 mai 2006 (IV Dimanche de Pâques)
Journée mondiale de Prière pour les Vocations

Cette année, la Journée mondiale de Prière pour les Vocations a pour thème : « Les vocations dans le mystère de l’Eglise ». Dans le Message que j’ai adressé à toute la communauté ecclésiale à cette occasion, j’ai rappelé l’expérience des premiers disciples de Jésus, qui, après l’avoir rencontré sur les bords du lac et dans les villages de Galilée, furent conquis par sa personnalité fascinante et son amour. La vocation chrétienne est le renouvellement permanent de cette amitié personnelle avec Jésus Christ, qui donne tout son sens à notre existence et la rend disponible pour le Royaume de Dieu. L’Eglise vit de cette amitié, nourrie par la Parole et par les Sacrements, qui sont des réalités saintes confiées de manière particulière au ministère des Evêques, des prêtres et des diacres, consacrés par le sacrement de l’Ordre. Voilà pourquoi – comme je l’ai répété dans le même Message – la mission du prêtre est irremplaçable, et même si l’on enregistre un manque de prêtres dans certaines régions, on ne doit pas douter que Dieu continue à appeler les enfants, les jeunes et les adultes à tout quitter pour se consacrer à la prédication de l’Evangile et au ministère pastoral.

Commentaires

040 Le Triduum Pascal

Audience générale, 12 avril 2006

Les célébrations du Triduum Pascal vont nous faire revivre le mystère de la passion, de la mort et de la résurrection du Seigneur. Demain, Jeudi Saint, sera célébrée la Messe « in Cena Domini », qui fait mémoire de l’offrande totale que le Christ, lavant les pieds de ses disciples, a fait de Lui-même à l’humanité dans l’Eucharistie. Le matin même, la Messe chrismale réunit, autour de l’évêque, le presbyterium de chaque diocèse, qui renouvelle les promesses sacerdotales et qui participe à la bénédiction des saintes huiles. Centré sur le mystère de la Passion, le Vendredi Saint, jour de jeûne et de pénitence, est consacré à la contemplation du Christ en Croix, qui révèle la profondeur de l’amour de Dieu surpassant toute connaissance. Le Samedi Saint, en s’unissant à Marie priant près du tombeau dans lequel repose le corps du Fils de Dieu, l’Église médite sur l’œuvre créatrice de la rédemption, accomplie dans la mort du Christ. Elle se prépare à célébrer, au milieu de la nuit, la Veillée pascale, au cours de laquelle les nouveaux baptisés et chaque communauté chrétienne feront résonner joyeusement les chants du Gloria et de l’Alleluia pascal.

Commentaires

029 Choisir la vie

Discours, Jeudi 2 mars 2006
(rencontre avec le clergé du diocèse de Rome)

Hier, nous sommes entrés en Carême. La liturgie d’aujourd’hui nous offre une profonde indication de la signification essentielle du Carême : il s’agit d’un indicateur sur le chemin de notre vie. C’est pourquoi il me semble – je parle en me référant au Pape Jean-Paul II – que nous devons insister un peu sur la première Lecture de la journée d’aujourd’hui. Le grand discours de Moïse au seuil de la Terre Sainte, après un pèlerinage de quarante ans dans le désert, est un résumé de toute la Torah, de toute la Loi. Nous trouvons ici l’essentiel non seulement pour le peuple juif, mais également pour nous. Cet élément essentiel est la parole de Dieu : Je te propose la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction ; choisis donc la vie (Dt 30, 19). Cette parole fondamentale du Carême est également la parole fondamentale de l’héritage de notre grand Pape Jean-Paul II : choisir la vie. Telle est notre vocation sacerdotale : choisir nous aussi la vie et aider les autres à choisir la vie. Il s’agit de renouveler pendant le Carême notre « option fondamentale », pour ainsi dire, l’option pour la vie.

Commentaires

Eazy Islam |
Josue |
Passion Templiers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS