Archive pour Europe

067 Racines chrétiennes de l’Europe

Angelus, Dimanche 24 juillet 2005
Les Combes (Val d’Aoste)

Hier, nous avons commémoré sainte Brigitte de Suède, Patronne de l’Europe. Le 11 juillet dernier, a été célébré saint Benoît, autre grand Patron du « vieux continent » et, comme vous le savez, mon patron depuis que j’ai été élu au ministère de Pierre. En contemplant ces saints, il est naturel de s’arrêter pour réfléchir, précisément en ce moment historique, avec tous ses problèmes, sur la contribution que le christianisme a offerte et continue d’offrir à la construction de l’Europe.

Je voudrais le faire en retournant par la pensée au pèlerinage que mon bien-aimé prédécesseur, le Serviteur de Dieu Jean-Paul II, fit en 1982, à Saint-Jacques-de-Compostelle, où il accomplit un « Acte européen » solennel au cours duquel il prononça ces paroles mémorables d’une très grande actualité que je répète à présent : « Moi, Evêque de Rome et Pasteur de l’Eglise universelle, de Saint-Jacques je te lance, ô vieille Europe, un cri plein d’amour : Rencontre-toi à nouveau. Sois toi-même. Découvre tes origines. Ravive tes racines. Revis ces valeurs authentiques qui firent glorieuse ton histoire et bienfaisante ta présence dans les autres continents » (Insegnamenti, vol. V/3, 1982, p. 1260). Jean-Paul II lança alors le projet d’une Europe consciente de son unité spirituelle qui s’appuie sur le fondement des valeurs chrétiennes. Il revint sur ce thème à l’occasion de la Journée mondiale de la Jeunesse en 1989, qui se déroula précisément à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il souhaita une Europe sans frontières, qui ne renie pas les racines chrétiennes qui l’ont fait naître et ne renonce pas à l’humanisme authentique de l’Evangile du Christ ! (Homélie lors de la Messe à la Basilique de Covadonga, cf. Insegnamenti, vol. XII/2, 1989, p. 328). Combien son appel demeure actuel à la lumière des événements récents du continent européen !

Commentaires

025 Saint Benoît Abbé

Angelus, Dimanche 10 juillet 2005

Demain sera célébrée la fête de saint Benoît Abbé, Patron de l’Europe, un saint qui m’est particulièrement cher, comme on peut le deviner à travers le choix de mon nom. (…) Sur les cendres de l’Empire romain, Benoît, recherchant avant tout le Royaume de Dieu, jeta, peut-être même sans s’en rendre compte, la semence d’une nouvelle civilisation qui devait se développer, en intégrant les valeurs chrétiennes à l’héritage classique, d’une part, et aux cultures germanique et slave, de l’autre.

(…) Benoît ne fonda pas une institution monastique ayant pour but principalement l’évangélisation des peuples barbares, comme d’autres grands moines missionnaires de l’époque, mais il indiqua à ses disciples comme objectif fondamental et même unique de l’existence, la recherche de Dieu : Quaerere Deum. Il savait toutefois que, lorsque le croyant entre en relation profonde avec Dieu, il ne peut se contenter de vivre de façon médiocre à l’enseigne d’une éthique minimaliste et d’une religiosité superficielle. On comprend alors mieux, sous cette lumière, l’expression que Benoît tira de saint Cyprien et qui résume dans sa Règle (IV, 21) le programme de vie des moines : Nihil amori Christi praeponere, « Ne rien placer au-dessus de l’amour du Christ ». C’est en cela que consiste la sainteté, proposition valable pour chaque chrétien et devenue une véritable urgence pastorale à notre époque où l’on ressent le besoin d’ancrer la vie et l’histoire à de solides références spirituelles.

Commentaires

Eazy Islam |
Josue |
Passion Templiers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS