Archive pour 001-025

025 Saint Benoît Abbé

Angelus, Dimanche 10 juillet 2005

Demain sera célébrée la fête de saint Benoît Abbé, Patron de l’Europe, un saint qui m’est particulièrement cher, comme on peut le deviner à travers le choix de mon nom. (…) Sur les cendres de l’Empire romain, Benoît, recherchant avant tout le Royaume de Dieu, jeta, peut-être même sans s’en rendre compte, la semence d’une nouvelle civilisation qui devait se développer, en intégrant les valeurs chrétiennes à l’héritage classique, d’une part, et aux cultures germanique et slave, de l’autre.

(…) Benoît ne fonda pas une institution monastique ayant pour but principalement l’évangélisation des peuples barbares, comme d’autres grands moines missionnaires de l’époque, mais il indiqua à ses disciples comme objectif fondamental et même unique de l’existence, la recherche de Dieu : Quaerere Deum. Il savait toutefois que, lorsque le croyant entre en relation profonde avec Dieu, il ne peut se contenter de vivre de façon médiocre à l’enseigne d’une éthique minimaliste et d’une religiosité superficielle. On comprend alors mieux, sous cette lumière, l’expression que Benoît tira de saint Cyprien et qui résume dans sa Règle (IV, 21) le programme de vie des moines : Nihil amori Christi praeponere, « Ne rien placer au-dessus de l’amour du Christ ». C’est en cela que consiste la sainteté, proposition valable pour chaque chrétien et devenue une véritable urgence pastorale à notre époque où l’on ressent le besoin d’ancrer la vie et l’histoire à de solides références spirituelles.

Commentaires

024 Aider à rencontrer le Christ

Angelus, Dimanche 3 juillet 2005

Chers frères et sœurs, combien il est nécessaire que, en ce début de troisième millénaire, la communauté chrétienne tout entière proclame, enseigne et témoigne intégralement des vérités de la foi, de la doctrine et de la morale catholique dans l’unanimité et la concorde ! Que le Compendium du Catéchisme de l’Eglise catholique puisse contribuer également au renouveau souhaité de la catéchèse et de l’évangélisation, afin que tous les chrétiens – enfants, jeunes et adultes, familles et communautés -, dociles à l’action de l’Esprit Saint, deviennent dans tous les milieux des catéchistes et des évangélisateurs, aidant les autres à rencontrer le Christ. C’est ce que nous demandons avec confiance à la Vierge Mère de Dieu, Etoile de l’évangélisation.

Commentaires

023 Le Christ, source de notre foi

Angelus, Dimanche 3 juillet 2005

Dans le Compendium, dans un dialogue idéal entre maître et disciple, est résumée la plus ample exposition de la foi de l’Eglise et de la doctrine catholique contenue dans le Catéchisme publié par mon vénéré prédécesseur en 1992. Le Compendium reprend les quatre parties bien articulées entre elles, permettant de saisir l’unité extraordinaire du mystère de Dieu, de son dessein salvifique pour l’humanité tout entière, de la place centrale de Jésus, le Fils unique de Dieu fait homme dans le sein de la Vierge Marie, mort et ressuscité pour nous. Présent et œuvrant dans son Eglise en particulier dans les Sacrements, le Christ est la source de notre foi, le modèle de tout croyant et le Maître de notre prière.

Commentaires

022 Solennité de saint Joseph

Angelus 19 mars 2006, III Dimanche de Carême

Aujourd’hui, 19 mars, nous célébrons la solennité de saint Joseph, mais, étant donnée la coïncidence de cette fête avec le troisième dimanche de Carême, sa célébration liturgique est reportée à demain. Toutefois, le contexte marial de l’Angelus nous invite à nous arrêter aujourd’hui avec vénération sur la figure de l’époux de la Bienheureuse Vierge Marie et Patron de l’Église universelle. Je voudrais rappeler que le bien-aimé Pape Jean-Paul II également avait une grande dévotion pour saint Joseph, auquel il consacra l’Exhortation apostolique Redemptoris Custos – Gardien du Rédempteur, et il fit certainement l’expérience de son assistance à l’heure de sa mort.

Commentaires

021 Se sanctifier à travers le travail

Homélie 19 mars 2006 (III Dimanche de Carême)
(Célébration eucharistique pour les travailleurs en la solennité de St Joseph)

L’activité professionnelle doit servir au vrai bien de l’humanité, en permettant « à l’homme, considéré comme individu ou comme membre de la société, de s’épanouir selon la plénitude de sa vocation » (Gaudium et spes, n. 35). Pour que cela advienne, la qualification technique et professionnelle, même si elle est nécessaire, ne suffit pas ; la création d’un ordre social juste et attentif au bien de tous n’est pas non plus suffisante. Il faut vivre une spiritualité qui aide les chrétiens à se sanctifier à travers le travail, en imitant saint Joseph qui, chaque jour, a dû pourvoir aux besoins de la Sainte Famille de ses propres mains et que, pour cette raison, l’Église indique comme Patron des travailleurs. Son témoignage montre que l’homme est le sujet et l’acteur du travail. Je voudrais lui confier les jeunes qui parviennent avec difficulté à s’insérer dans le monde du travail, les chômeurs et ceux qui souffrent des problèmes dus à l’importante crise de l’emploi.

Commentaires

020 Marie, temple vivant de Dieu

Homélie, 8 décembre 2005, § 4 (Solennité de l’Immaculée Conception)
(Chapelle papale pour le 40 anniversaire de la clôture du Concile Vatican II)

Qu’est-ce que signifie « Marie l’Immaculée » ? Ce titre a-t-il quelque chose à nous dire ? La liturgie d’aujourd’hui éclaire pour nous le contenu de cette parole à travers deux grandes images. Il y a tout d’abord le récit merveilleux de l’annonce à Marie, la Vierge de Nazareth, de la venue du Messie. Le salut de l’Ange est tissé de fils de l’Ancien Testament, en particulier du prophète Sophonie. Celui-ci fait voir que Marie, l’humble femme de province qui est issue d’une lignée sacerdotale et qui porte en elle le grand patrimoine sacerdotal d’Israël, est « le saint reste » d’Israël auquel les prophètes, au cours de toutes les périodes de douleurs et de ténèbres, ont fait référence. En elle est présente la véritable Sion, celle qui est pure, la demeure vivante de Dieu. En elle demeure le Seigneur, en elle il trouve le lieu de Son repos. Elle est la maison vivante de Dieu, qui n’habite pas dans des édifices de pierre, mais dans le cœur de l’homme vivant. Elle est le germe qui, dans la sombre nuit d’hiver de l’histoire, jaillit du tronc abattu de David. En elle s’accomplit la parole du Psaume : « La terre a donné son fruit » (67, 7). Elle est le surgeon, duquel dérive l’arbre de la rédemption et des rachetés. Dieu n’a pas essuyé un échec, comme il pouvait sembler au début de l’histoire avec Adam et Eve, ou bien au cours de l’exil à Babylone, et comme il semblait à nouveau à l’époque de Marie, quand Israël était devenu un peuple sans importance dans une région occupée, avec bien peu de signes reconnaissables de sa sainteté. Dieu n’a pas failli. Dans l’humilité de la maison de Nazareth vit l’Israël saint, le reste pur. Dieu a sauvé et sauve son peuple. Du tronc abattu ressurgit à nouveau son histoire, devenant une nouvelle force vive qui oriente et envahit le monde. Marie est l’Israël saint ; elle dit « oui » au Seigneur, se met pleinement à sa disposition et devient ainsi le temple vivant de Dieu.

Commentaires

019 Le cœur ouvert à l’attente

Homélie 24 décembre 2005 (Messe de minuit)

D’une certaine façon, au plus profond, ils [les bergers] L’attendaient. Leur vigilance était disponibilité – disponibilité à écouter, disponibilité à se mettre en route ; elle était une attente de la lumière qui leur indiquerait le chemin. C’est cela qui intéresse Dieu. Dieu aime tous les hommes parce que tous sont ses créatures. Mais certaines personnes ont fermé leur âme ; son amour ne trouve aucun accès auprès d’eux. Ils croient qu’ils n’ont pas besoin de Dieu ; ils ne le veulent pas. D’autres, qui peut-être moralement sont aussi pauvres et pécheurs, souffrent au moins de cela. Ils attendent Dieu. Ils savent qu’ils ont besoin de sa bonté, même s’ils n’en ont pas une idée précise. Dans leur cœur ouvert à l’attente, la lumière de Dieu peut entrer et, avec elle, sa paix. Dieu cherche des personnes qui apportent sa paix et qui la communiquent. Demandons-lui de faire en sorte qu’il ne trouve pas notre cœur fermé. Faisons en sorte de pouvoir devenir des porteurs actifs de sa paix – précisément dans notre temps.

Commentaires

018 Compendium du Catéchisme

Angelus, Dimanche 3 juillet 2005

Il y a quelques jours, j’ai eu la joie de présenter le Compendium du Catéchisme de l’Église catholique. Depuis plusieurs années, se faisait sentir le besoin d’un catéchisme concis, qui résume de façon simple, mais complète, tous les éléments essentiels de la doctrine catholique. La Providence divine a fait en sorte que ce projet se réalise le jour même [le 28 juin] où a été introduite la cause de béatification du bien-aimé Jean-Paul II, qui lui a apporté un élan déterminant. Tandis que je rends grâce de cela au Seigneur, je voudrais, chers frères et sœurs, souligner une fois de plus l’importance de cet instrument utile et pratique pour l’annonce du Christ et de son Évangile de salut.

Commentaires

017 Celui qui prétend lutter contre Dieu…

Encyclique Deus caritas est (25-XII-2005), n. 37

Le moment est venu de réaffirmer l’importance de la prière face à l’activisme et au sécularisme dominant de nombreux chrétiens engagés dans le travail caritatif. Bien sûr, le chrétien qui prie ne prétend pas changer les plans de Dieu ni corriger ce que Dieu a prévu. Il cherche plutôt à rencontrer le Père de Jésus Christ, lui demandant d’être présent en lui et dans son action par le secours de son Esprit. La familiarité avec le Dieu personnel et l’abandon à sa volonté empêchent la dégradation de l’homme, l’empêchent d’être prisonnier de doctrines fanatiques et terroristes. Une attitude authentiquement religieuse évite que l’homme s’érige en juge de Dieu, l’accusant de permettre la misère sans éprouver de la compassion pour ses créatures. Mais celui qui prétend lutter contre Dieu en s’appuyant sur l’intérêt de l’homme, sur qui pourra-t-il compter quand l’action humaine se montrera impuissante ?

Commentaires

016 Journée mondiale du Réfugié

Angelus, Dimanche 19 juin 2005

Nous célébrons demain, 20 juin, la Journée mondiale du Réfugié, promue par les Nations unies pour maintenir vive l’attention sur les problèmes de ceux qui sont contraints d’abandonner leur patrie. Le thème de cette année – « Le courage d’être réfugié » – met l’accent sur la force d’âme demandée à ceux qui doivent tout quitter, parfois même leur famille, pour échapper à de graves difficultés et dangers. La communauté chrétienne se sent proche de ceux qui vivent dans cette douloureuse situation ; elle s’efforce de les soutenir et leur manifester de diverses façons son intérêt et son amour, qui se traduit en gestes concrets de solidarité, afin que quiconque se trouve loin de son pays sente l’Eglise comme une patrie où personne n’est étranger.

(…) Aujourd’hui, nous voulons confier en particulier les hommes, les femmes et les enfants qui vivent dans une situation de réfugiés à la protection maternelle de la Très Sainte Vierge Marie, qui, avec son époux Joseph et l’Enfant Jésus, fit l’expérience amère de l’exil, lorsque l’absurde persécution du roi Hérode contraignit la Sainte Famille à fuir en Egypte (Mt 2, 12-23). Prions la Très Sainte Vierge afin que nos frères et sœurs rencontrent accueil et compréhension sur leur chemin.

Commentaires

123

Eazy Islam |
Josue |
Passion Templiers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS